• LLL:fileadmin/templates/jugendsession.ch/Resources/Private/Language/fr.locallang.xlf
  • Chercher
  • Media
  • Contact

2009

Peu après le casting suisse « MusicStar », un casting politique se tint à Berne. Devant le plénum, 15 représentant-e-s de groupe présentèrent un extrait de trois minutes d’un discours politique réel. Après une demi-finale sur des thèmes d’actualité et une finale avec présentation de soi, Adil Koller fut élu « PolitStar » par acclamation.

Les jeunes montrèrent moins d’entrain au moment d’applaudir pour les pétitions : pour la première fois, l’assemblée plénière rejeta plus de pétitions qu’elle n’en adopta. Les jeunes ne voulurent rien entendre de campagnes sur les compétences médiatiques, de caisse maladie unique, de promotion de la culture, d’une politique étatique du logement plus active ou d’une limitation de mandat pour les membres du Conseil fédéral.

En revanche, ils/elles votèrent pour augmenter le nombre de conseillers fédéraux à neuf et pour sectoriser le DFI et le DETEC, pour introduire au niveau suisse le « vote électronique », pour une réglementation libérale de l’aide à mourir, pour des incitations fiscales à employer les jeunes diplômé-e-s et pour la réglementation des stages.

« A mes yeux, environ 80% des participants sont en mesure de mener une bonne discussion. Etant donné que les jeunes viennent de toutes les régions, cela donne un bon mélange d’opinions. De plus, les partis de jeunes envoient de plus en plus leurs membres. Cela donne des discussions plus dures. »
– Marc Renggli, 20 ans, gymnasien (Wilisauer Bote du 20.11.2009, p. 12)