• LLL:fileadmin/templates/jugendsession.ch/Resources/Private/Language/fr.locallang.xlf
  • Chercher
  • Media
  • Contact

1999

Après une heure de discussion avec Ruth Metzler, qui était à 35 ans la plus jeune conseillère fédérale, les jeunes se penchèrent dans leur groupe de travail sur les différents aspects du thème « communication ». La Session des jeunes fut transposée pour la première fois en direct sur Internet. Cette Session des jeunes a également accueilli pour la première fois des Suisses de l’étranger.

Dans une pétition, les jeunes réclamèrent l’introduction d’un cours d’informatique obligatoire à partir de la cinquième classe de l’école publique. Le Conseil fédéral devait en outre instaurer une plateforme d’information sur Internet, afin que les jeunes soient familiarisé-e-s par d’autres jeunes à la vie politique suisse et encouragé-e-s à participer.

« La Session des jeunes doit montrer au monde (politique) adulte que, contrairement aux clichés, il y a aussi des jeunes qui s’intéressent à la politique. »
– Mirjam, participante

« La Session des jeunes doit occuper une place plus importante sur la scène politique, être davantage prise en considération par les politiques, car elle est la voix des jeunes – une voix puissante ! »
– Sebastien, participant

A nouveau, la lutte contre la xénophobie par des campagnes d’information innovantes, le droit de vote pour les étrangères et étrangers résidents en Suisse, des rencontres avec d’autres jeunes européen-ne-s ainsi qu’un congrès international des jeunes comptèrent parmi les revendications de la Session des jeunes, tout comme l’abolition du service militaire en faveur d’un service civil obligatoire pour les deux sexes.